Guillaume Joseph Gabrielde La Landelle

Guillaume Joseph Gabriel de La Landelle

Dessin de l'hélicoptère imaginaire, mu par la vapeur, de Gabriel de la Landelle.

Guillaume Joseph Gabriel de La Landelle est un officier de marine, journaliste et homme de lettres français, romancier de la mer et auteur d'autres ouvrages maritimes. Il figure également parmi les pionniers de l'aéronautique. Guillaume Joseph Gabriel de La Landelle naît à Montpellier, où son père se trouvait en garnison, le 5 mars 1812 à 3 heures du matin. Il est le descendant d'une famille de marins bretons, les Coëtnempren. Il fait ses études au collège de Strasbourg et entre à l'âge de seize ans comme élève dans la marine royale. Pendant onze ans, il est en service actif au Brésil, au Portugal et à la Guadeloupe. Devenu capitaine de frégate, il démissionne de la marine en 1839.  En 1840, il commence sa carrière littéraire en publiant des articles sur le monde maritime dans Les Français peints par eux-mêmes. Il est, en 1841, un des fondateurs du journal La Flotte, dans lequel il écrit. Il collabore à L'Union catholique, à La Mode, au Commerce et, après la Révolution de 1848, à des journaux politiques contre-révolutionnaires tels que La Liberté, L'Avenir national, Le Pamphlet et Le Lampion. Il publie sous forme de feuilletons une longue série de romans maritimes, appréciés tant pour l'intérêt du récit que pour la vérité des scènes de la vie en mer. Inspirés en particulier des romans de James Fenimore Cooper et de Frederick Marryat, certains d'entre eux serviront à leur tour de source à son ami Jules Verne. Les plus importants sont publiés en librairie. Certains d'entre eux, notamment Une haine à bord, La Couronne navale, Les princes d'Ebène, Nathan le Rouge, Le dernier des filibustiers, Le premier tour du monde et Deux croisières dans l'Amérique du Sud sont traduits en espagnol et publiés en Argentine et au Chili. Il compose aussi d'autres écrits, y compris des poèmes et des chansons, sur différents aspects de la vie maritime. « Le public, écrit Charles Monselet, ne connaît de lui que des romans sauvages et tatoués : Les Princes d'Ébène, Les Îles de glace, L'Homme de feu, etc. Mais ce que nous connaissons, nous, ce sont ses chansons de bord, malheureusement inédites pour la plupart : son vrai talent est là ». En 1861, il construit, avec Gustave Ponton d'Amécourt, un prototype d'hélicoptère à moteur à vapeur. L'hélicoptère du héros de Robur le conquérant, de Jules Verne (1886), présente de nombreuses similitudes avec celui de la Landelle. Ce dernier fonde ensuite, avec Nadar et Ponton d'Amécourt, en 1863, la « Société d'encouragement pour la locomotion aérienne au moyen d’appareils plus lourds que l'air ». Il publie par ailleurs plusieurs ouvrages sur l'histoire de l'aéronautique, où il retrace notamment les premiers vols de Jean-Marie Le Bris. C'est dans son livre Aviation, ou Navigation aérienne sans ballon, publié en 1863, que le mot « aviation » serait apparu pour la première fois, avant d'être repris en 1875 par Clément Ader pour désigner ses appareils volants.Atteint de la tuberculose en 1883, Guillaume de la Landelle meurt le 19 janvier 1886. Il était officier de la Légion d'honneur.

Добавить комментарий

WordPress SEO