VIII. Constructeurs d’hélicoptères en France

L’industrie aéronautique de la France d’après-guerre est en partie nationalisée. La Société nationale des constructions aéronautiques du sud-ouest (SNCASO), au titre des dommages de guerre, récupère le projet de Friedrich von Doblhoff et développe le SO.1221 Djinn. De l’air froid est prélevé au niveau du compresseur d’une turbomachine Turbomeca Palouste pour être éjecté en bout de pales. Le Djinn est le seul hélicoptère de ce type à avoir été produit en série : une centaine d’exemplaires, livrés principalement à l’armée de l’Air française.
En 1951, Breguet se lance encore dans la réalisation du prototype d’hélico de transport G-111 à deux rotors coaxiaux.
La Société nationale des constructions aéronautiques du sud-est (SNCASE) reprend les essais d’un gros hélico le SE-3000 ex Focke-Wulf et fait voler en 1948 aux mains de Jean Boulet le SE-3001, vient ensuite l’Alouette 1 qui conduira au développement des Alouette II et Alouette III. Le succès commercial de ces machines conduira au regroupement des forces de la SNCASO et SNCASE au sein de Sud-Aviation qui deviendra Aérospatiale. Cette dernière produira en partenariat avec Westland (Royaume-Uni) la série des Puma, Gazelle et Lynx.

WordPress SEO