L’engagement militaire (depuis 1950)

Durant la Seconde Guerre mondiale, les Allemands s’intéressèrent à ce type d’appareils. Ils mirent notamment au point un hélicoptère léger de reconnaissance, le Flettner Fl 282 Kolibri, ainsi qu’un hélicoptère de transport, le Focke-Achgelis FA 223 Drache. Ces appareils étaient tous deux équipés de deux rotors contra-rotatifs, empêchant l’appareil de tourner sur lui-même. Ces appareils furent très peu utilisés durant le conflit.
Le premier véritable engagement opérationnel d’hélicoptères eut lieu durant la guerre de Corée. Il servait alors essentiellement à évacuer rapidement des blessés de positions difficilement accessibles. Ce fut également le cas durant la guerre d’Indochine. Durant la guerre d’Algérie, il sera massivement utilisé par l’armée française pour déplacer rapidement de petits contingents sur les lieux des combats, leur procurant ainsi une mobilité incomparable ; procéder également à de nombreuses évacuations sanitaires ; certains seront armés de canon, de mitrailleuses et même de lance-roquettes (Sikorsky H-34) et missiles (Alouette II).
De même, durant la guerre du Viêt Nam, les États-Unis en feront un emploi systématique au point que l’on surnommera cette guerre la « guerre de l’hélicoptère ». C’est au cours de cette guerre que naîtra le concept d’hélicoptère de combat avec le Bell AH-1 Cobra. Désormais, l’hélicoptère ne sert plus seulement au transport : équipé de mitrailleuses, de canons, et de missiles, il apporte un appui appréciable aux troupes au sol et s’avère également redoutable dans la lutte anti-char.

WordPress SEO